Le festival

NDK c’est quoi ?

Un nouveau nom pour un nouveau départ

« Nör­dik Impakt » devient « NDK », une contrac­tion de Nör­dik Impakt. Ce nou­veau nom per­met de faire réfé­rence au pas­sé tout en per­met­tant une nou­velle pro­jec­tion du fes­ti­val. C’est une oppor­tu­ni­té pour les per­sonnes de s’approprier ce nom et de lui don­ner la signi­fi­ca­tion qu’il sou­haite. « NDK » se veut inclu­sif et ludique, en lais­sant à chacun·e la pos­si­bi­li­té de voir ce qu’il·elle y sou­haite et ain­si mar­quer le renou­veau du festival.

Un nouveau format, à taille humaine et tourné vers l’émergence

Après les 20 ans du fes­ti­val Nör­dik Impakt en 2018 et une clô­ture ras­sem­blant 20 000 per­sonnes au Parc des Expo­si­tions de Caen, le fes­ti­val décide de prendre un virage dans sa struc­tu­ra­tion afin de défi­nir un nou­veau pro­jet reve­nant à un posi­tion­ne­ment d’une plus grande proxi­mi­té. Ain­si, le nou­veau fes­ti­val donne une place plus impor­tante à la décou­verte d’artistes en émer­gence et une place pré­pon­dé­rante à la scène locale.

Du 19 au 31 octobre 2021, ce sont 15 jours dédiés aux cultures élec­tro­niques qui feront vibrer la Ville de Caen !

Entre plus de quatre nuits aux Cargö et une au BBC, réunis­sant des pro­gram­ma­tions poin­tues entre élec­tro, trance, bass music, hard­mu­sic, tech­no ou house, le fes­ti­val se déploie éga­le­ment dans les bars du centre-ville ain­si que dans des lieux plus aty­piques comme l’O­ran­ge­rie du Jar­din des plantes, le MoHo HQ, l’Université de Caen, l’ESAM ou encore la Biblio­thèque Alexis de Tocqueville.

Les enjeux, valeurs et objectifs généraux de NDK

  • Le « faire ensemble » : Por­té par Arts Attack!, NDK se conçoit en col­la­bo­ra­tion avec le ter­ri­toire, ses col­lec­tifs élec­tro­niques, ses lieux de culture et ses acteurs et actrices.
  • L’émergence artis­tique : NDK sou­haite favo­ri­ser l’émergence de pro­jets artis­tiques inno­vants et valo­ri­ser les artistes et les acteur·ices du territoire.
  • L’expérimentation et l’innovation dans la créa­tion : notam­ment à tra­vers une créa­tion ori­gi­nale et pluridisciplinaire.
  • Une culture et un fes­ti­val pour tou·tes : qui s’adresse à toutes les per­sonnes, et faci­lite l’accès aux cultures électroniques.
  • La mise en œuvre des droits cultu­rels : NDK doit favo­ri­ser la diver­si­té des dif­fé­rentes esthé­tiques, favo­ri­ser la mixi­té des publics, favo­ri­ser la pari­té et l’égalité entre les genres.
  • L’attractivité et le rayon­ne­ment des artistes, des acteur·ices du ter­ri­toire : Le fes­ti­val doit per­mettre le rayon­ne­ment des artistes du ter­ri­toire au niveau natio­nal et inter­na­tio­nal, sti­mu­ler la mobi­li­té des artistes du territoire.
  • Le vivre ensemble : NDK s’engage à réduire son impact éco­lo­gique, inté­grer une démarche soli­daire et res­pon­sable et assu­rer la pré­ven­tion et la réduc­tion des risques.

Une identité graphique novatrice et émergente

Pour sa pre­mière édi­tion, le fes­ti­val NDK a choi­si de faire appel à Télia Chia­rot­to (Télia S333). Jeune gra­phiste du ter­ri­toire, Télia est diplô­mée de l’ESAM et réa­lise sa pre­mière créa­tion pour un fes­ti­val de musique.

Par­fai­te­ment en phase avec les valeurs d’émergence défen­dues par le fes­ti­val, Télia a su pro­po­ser une créa­tion inno­vante et inclu­sive. Défen­dant à la fois le côté pro­téi­forme du fes­ti­val par des élé­ments gra­phiques mou­vants et plu­riels, le gra­phisme fait appa­raître en fili­grane une car­to­gra­phie détour­née de la Ville de Caen, sym­bole fort de l’ancrage du festival.

Site offi­ciel Télia

L’association Arts Attack !

L’association Arts Attack ! a été créée à la fin des années 1990 pour accom­pa­gner des groupes locaux dans le déve­lop­pe­ment de leur pro­jet. Elle s’est ensuite ouverte à l’événementiel par l’organisation des pre­mières édi­tions du fes­ti­val Nör­dik Impakt et du Car­na­val des étu­diants au Parc des Expo­si­tions de Caen, du fes­ti­val Pea­ce­Ma­ker pour le 60ème anni­ver­saire du Débar­que­ment allié, du All­tech Music Fes­ti­val pen­dant les Jeux Équestres Mon­diaux et la dif­fu­sion de nom­breux concerts dans la Com­mu­nau­té urbaine Caen la mer tels que ceux de la Fête de la musique dans les jar­dins du Conseil Régio­nal de Normandie.

En 2007 avec l’ouverture du Cargö, et l’appel à can­di­da­ture de la Ville de Caen pour en dé-léguer sa ges­tion, l’association Arts Attack ! a pu vivre une étape impor­tante de son his­toire en pro­po­sant à la col­lec­ti­vi­té un pro­jet artis­tique et cultu­rel de déve­lop­pe­ment et de struc-tura­tion des musiques actuelles pour son bas­sin de vie. L’association a donc ren­for­cé ses acti­vi­tés exis­tantes par la mise en oeuvre d’un pro­gramme de sou­tien de la pra­tique musi-cale ama­teur, d’accompagnement des musi­ciens en voie de pro­fes­sion­na­li­sa­tion, d’actions cultu­relles, de for­ma­tion et de res­source dans une volon­té per­ma­nente de pro­mou­voir la diver­si­té des pra­tiques artis­tiques et des ini­tia­tives cultu­relles pré­sentes sur le territoire.

L’association Arts Attack ! déve­loppe ain­si un pro­jet glo­bal s’articulant au sein de la Scène de musiques actuelles (SMAC) de Caen Le Cargö – labe­li­sée par le Minis­tère de la culture et de la com­mu­ni­ca­tion – et à tra­vers la mise en oeuvre du fes­ti­val des cultures élec­tro­niques et numé­riques Nör­dik Impakt. Ce pro­jet glo­bal induit de fait des axes struc­tu­rants et indis-sociables tels que la dif­fu­sion de concert, l’accompagnement, le sou­tien aux artistes et aux struc­tures de la région, l’action cultu­relle et la sen­si­bi­li­sa­tion des publics aux musiques actuelles et le déve­lop­pe­ment des cultures émer­gentes et de la vie cultu­relle locale.

Au-delà de la signa­ture d’une conven­tion de Délé­ga­tion de ser­vice public (DSP) avec la Ville de Caen, le Dépar­te­ment du Cal­va­dos, la Région Nor­man­die et l’Etat, l’association Arts Attack ! défend un pro­jet socle construit autour de valeurs d’ouverture (droits cultu­rels), d’émergence (créa­tion) et d’émancipation (auto­no­mie). L’association défend par ses actions que les musiques actuelles, dans toutes ses esthé­tiques, par­ti­cipent à une diver­si­té infi­nie de créa­tions et d’échanges et qu’elles se sont tou­jours moquées des dif­fé­rences pour deve-nir un moyen sup­plé­men­taire d’échange et de com­mu­ni­ca­tion entre les individus.

La moti­va­tion des acteurs de l’association Arts Attack ! est de conti­nuer de por­ter ces mis-sions de ser­vice public et d’intérêt géné­ral dans le but d’améliorer le quo­ti­dien et le cadre de vie des habi­tants du ter­ri­toire par l’intermédiaire de l’écoute ou de la pra­tique musi­cale. La conduite de ces poli­tiques de proxi­mi­té – sous la lec­ture et le prisme de son pro­jet asso-cia­tif – per­met à l’association Arts Attack ! de pro­po­ser aux habi­tants du ter­ri­toire de conso-lider un sub­strat de valeurs com­munes, de construire une pen­sée auto­nome et cri­tique en par­ti­ci­pant au sen­ti­ment qu’une mul­ti­tude d’entre eux, tous dif­fé­rents et sin­gu­lier, peuvent conti­nuer d’œuvrer et de faire socié­té dans un sens commun.